Holodomor, les enjeux d’une reconnaissance tardive

Holodomor_Kiev

Mémorial de Holodomor à Kiev (Photographie Euromaïdan Press)

En 1933, des millions de paysans de la République socialiste soviétique d’Ukraine et à majorité ukrainienne de la région du Kouban (Caucase du Nord) sont affamés par le pouvoir soviétique puis — pour les survivants réchappés de l’invasion nazie et de la « grande guerre patriotique » — contraints de faire l’omerta sur ce qui leur était arrivé. Aujourd’hui, trois-quarts de siècle plus tard, la reconnaissance des faits semble encore timide en Europe. La presse s’attarde davantage sur l’instrumentalisation des événements et sur les polémiques russo-ukrainiennes que sur la famine elle-même. En attendant, ce passé « ne passe pas », comme en atteste la lente, mais inexorable remontée des archives et des témoignages après un silence absolu de près de soixante ans.

Bernard De Backer, 2008

Téléchargez le fichier pdf :  Holodomor, les enjeux d’une reconnaissance tardive

Complément de juin 2020. L’ombre de Staline, un film sur Gareth Jones, le journaliste gallois qui traversa l’Ukraine en 1933 et témoigna de la famine. « L’Ombre de Staline » : vie et mort d’un lanceur d’alerte avant la lettre. Agnieszka Holland revient sur l’histoire – vraie – du journaliste gallois Gareth Jones, qui dénonça, sans être entendu, la famine en Ukraine organisée par Staline en 1933. Dans Le Monde du 22 juin 2020. Voir aussi sur ce site le récit « Une ville entre chien et loup » qui évoque Gareth Jones.

Complément de décembre 2019. Famine rouge, par Anne Applebaum (Doubleday, 2017), traduction française chez Grasset 2019. Compte rendu dans Le Monde des livres du 20 décembre par Florent Georgesco. « L’historienne explore non un moment tragique de l’histoire soviétique, mais cette histoire même, comme ramassée en lui. (…) Se joue ici, en définitive, l’ambition fondamentale du totalitarisme soviétique : la métamorphose de l’humanité « sous le soleil de la Grande Révolution socialiste ». C’est peu de dire que le modèle visé ne ressemblait pas au paysan ukrainien, lequel, entré de force dans cette grande machine d’ingénierie humaine, devait par conséquent y être régénéré, écrit Anne Applebaum. Mais ce n’est pas un « homme nouveau » qui est sorti de la machine. Et lorsque, refermant le livre, le lecteur songe à ce vieux slogan, il ne peut chasser de son esprit l’image de corps difformes, translucides, abandonnés, à la fois vivants et morts, sur le sol des villages ukrainien. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s