Songes et cauchemars des peuples

Rousseau Le rêve

Le rêve, Henri Rousseau 1910 (source Wikipedia)

Un chat noir avec la lune entre les dents courait, poursuivi par une multitude de gens, laissant derrière lui les traces sanglantes de l’astre blessé…

Ismail Kadaré, Le Palais des rêves

Le rêve est un fait social trop important pour être laissé à la seule psychanalyse et aux neurosciences. Dans un roman publié il y a plus de trente ans, Le Palais des rêves, le romancier albanais Ismail Kadaré imaginait un sultan ottoman collectant les songes de ses sujets pour y déceler des indices de sédition.

Lire la suite

Le culturalisme dans tous ses états

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Source Wikimedia Commons

Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, pas dans les circonstances qu’ils ont choisies mais dans celles qu’ils ont directement trouvées, qui leurs furent données et transmises. La tradition de toutes les générations mortes pèse comme un cauchemar sur les cerveaux des vivants .

Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte

Un dossier de la revue Le Débat daté mai-août 2015, intitulé « Cultures : un enjeu contemporain », invite à revenir sur la dimension et la dynamique culturelle, y compris religieuse ou post-religieuse, comme matrices structurant l’agir humain, et donc le comportement des sociétés et des individus. Cette thématique acquiert une nouvelle portée aujourd’hui, dans le cadre de la globalisation accrue, des brassages de populations, de l’accélération de la mobilité des personnes, des biens et des messages ; et, par conséquent, des effets en sens divers qui en résultent à l’ère postcoloniale occidentale. Mais elle est aussi sensible et polémique, la référence à des facteurs de type culturel dans l’analyse de phénomènes sociaux étant souvent qualifiée de « culturaliste », une imputation qui se transforme rapidement en soupçon de racisme, avec les charges afférentes.

Lire la suite

Le sens du progrès

Le sens du progrès

Avec ses nonante-cinq pages d’« éléments d’une bibliographie ordonnée », le livre de Taguieff constitue une véritable encyclopédie de la genèse, du développement, des variantes, des espoirs et des dérives sanglantes (colonialisme, darwinisme social, eugénisme, fascisme, bolchevisme…) de l’idée de Progrès en Occident. Mais également de sa critique et de son ébranlement au XXe siècle ainsi que de l’enseignement que nous pouvons en tirer. L’ouvrage, après l’introduction et deux chapitres que l’on pourrait qualifier d’argumentaires et méthodologiques, s’organise autour de cinq parties centrales. La première est consacrée aux origines du « progressisme » (au sens de croyance au progrès inéluctable) occidental, la seconde et la troisième à ses développements et ses extensions, la quatrième à l’eugénisme comme incarnation radicale de l’idée d’autotransformation de l’homme par l’homme, la cinquième à l’effondrement (parmi les « élites cultivées », du moins) de l’optimisme « progressiste » et à sa discussion.

Bernard De Backer, 2005

Téléchargez le fichier pdf : Le sens du progrès

Du mur à l’ouvert

Du mur à l'ouvert

Livre publié par les Éditions Luc Pire en 2001

Depuis le début des années 70, de larges secteurs de l’aide sociale se sont modifiés en profondeur. L’aide à la jeunesse et à la petite enfance, les centres d’accueil pour adultes en difficulté, l’aide aux personnes handicapées ont connu des transformations multiples et souvent liées. Elles affectent l’organisation du travail, les modèles pédagogiques, les modes d’intervention, sans parler des changements touchant les publics et leurs problématiques. En première ligne de ces diverses « mutations » : les professionnels des services. Les éducateurs, ces « gueules noires du social », y sont très largement représentés. Il sera donc surtout question d’eux dans cet ouvrage.

Du mur à l’ouvert est la synthèse de deux études menées entre 1996 et 2000, avec l’aide du Fonds social européen. La première était centrée sur les transformations du métier d’éducateur et la fatigue professionnelle (usure, burn out, perte de sens…), la seconde sur les besoins en compétences et en formation continuée des éducateurs et de leurs collègues intervenants psycho-sociaux (AS, psychologues, puéricultrices…), actifs dans les mêmes institutions. Cette synthèse donne largement la parole aux acteurs de terrain et nous conduit des premiers décloisonnements de la fin des années 60 au professionnalisme polyvalent de l’intervenant social en milieu ouvert, en passant par l’éducateur-référent en milieu résidentiel.

Post-scriptum d’octobre 2018. Ce livre sera présent à l’exposition sur l’évolution du travail social (principalement axée sur la professionnalisation des assistants sociaux et des éducateurs) au Musée de l’emploi et du travail « La Fonderie » à Molenbeek du 18 décembre 2018 au 7 avril 2019.